Coronavirus – Les passagers venant de Chine ne seront pas admis sur le territoire mauricien 

  • Tous les passagers en provenance de Chine ou ceux ayant visité la Chine durant ces deux dernières semaines, n’auront pas le droit d’entrer sur le territoire mauricien.
  • Ainsi en a décidé le comité multi-sectoriel sur le coronavirus qui a siégé une deuxième fois ce dimanche 2 février, sous la présidence du Premier ministre Pravind Jugnauth au Bâtiment du Trésor, à Port-Louis.
  • L’annonce a été faite par le Premier ministre lui-même lors d’un point de presse à l’issue de cette réunion.
  • Etaient présents: les membres du Cabinet, les représentants de plusieurs secteurs économiques, ceux de l’aviation et du tourisme ainsi que le représentant de l’OMS, le Dr Laurent Musango.
  • Par contre, les Mauriciens venant de Chine, y compris les 12 étudiants mauriciens qui sont attendus incessamment de Wuhan, pourront rentrer au pays, sauf qu’ils seront placés en quarantaine à leur arrivée « selon les normes préconisées par le ministère de la Santé ». 
  • Pravind Jugnauth en a aussi profité pour demander aux Mauriciens de ne pas se rendre en Chine tant que le risque d’une contamination par le coronavirus subsiste.
  • Le chef du gouvernement a aussi annoncé une restriction « totale » sur les importations d’animaux vivants, y compris les animaux de compagnie, de Chine. 
  • Tous les contrôles sanitaires ont été renforcés par les autorités, que ce soit au niveau de la douane, de l’agriculture et du commerce, a souligné Pravind Jugnauth.
  • Il a aussi tenu à rassurer tous les Mauriciens que le ministère de la Santé prend toutes les dispositions nécessaires afin de parer à toute éventualité. 
  • Ces décisions, a souligné le PM, ont été prises après consultation avec le représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Maurice.
  • Le chef du gouvernement a aussi demandé aux Mauriciens se trouvant en Chine et désirant retourner à Maurice, de contacter les autorités au plus vite et l’ambassade de Maurice à Beijing. 
  • « La priorité demeure la santé publique, la sécurité des Mauriciens et celle de notre territoire », a conclu le PM.